NnoMan Cadoret Photographe

Evacuation du Samaritain – Août 2015

27082015-_NMN3973-2

27082015-_NMN3978-2

27082015-_NMN3982-2

27082015-_NMN3983-2

27082015-_NMN3984-2

27082015-_NMN3989-2

27082015-_NMN3994-2

27082015-_NMN3996-2

27082015-_NMN3999-2

27082015-_NMN4002-2

27082015-_NMN4004-2

27082015-_NMN4011-2

Jeudi 27 Aout 2015

c’est sous une pluie battante que l’ordre est donné :
évacuer le bidonville le Samaritain de la Courneuve.

Le plus vieux bidonville de France dans lequel vivent environ 300 personnes va être évacué et totalement réduit à un tas de gravats en quelques heures.
L’accès au bidonville est bloqué par une ligne de policiers, les renforts sont tout autour.
Les familles sont sur le trottoirs d’en face, trempées, sans solution pour la nuit, avec pour seules affaires le strict minimum qu’elles ont pu prendre après l’arrivée de la police.
Médecin du Monde est là, ils distribuent des tentes, pas assez hélas pour abriter tout le monde pour cette nuit. Certains partent chercher un abris, d’autres restent là et s’organisent.
Plus le temps passe et plus la perspective de trouver un endroit sec pour le nuit semble se réduire.
Tout le monde est trempé, tout le monde semble abattu.
Joszef, bien connu des médias car il a été retenu pour la prochaine pré-sélection de l’émission The Voice propose qu’on se rendent devant la mairie pour parler au maire et lui demander une solution.
Pour certains, ils laissent sept ans de vie dans les baraques. Sept ans de vie et l’expulsion intervient sans solution de relogement pour toutes les familles?
Sept ans de vie et contrairement à d’habitude, la police a procédé à l’évacuation sans en alerter les habitant.e.s la veille.
Sept ans de vie et l’ évacuation intervient alors que l’enquête sociale menée par les associations n’est pas terminée.

Ils partent donc, une vingtaine, en direction de la mairie.
Devant la mairie, un petit comité d’accueil les attend. Pas pour les soutenir non, mais pour bloquer l’accès de la mairie. La police est en ligne devant la porte principale pour éviter toutes tentatives d’intrusion. Au cas où éventuellement, quelques familles fatiguées et trempées décideraient de faire un coup d’état, on n’est jamais trop prudent…

Medhi, un jeune élu indépendant de la ville décide de monter voir le maire. Même lui se verra limiter l’accès.

En début de soirée, toujours sous une pluie battante, le groupe décide de se disperser et de trouver un abris pour la nuit.

Vendredi 28 Aout, spontanément, les familles se sont retrouvées devant la mairie, espérant pouvoir interpeller le maire et les riverains de la Courneuve.
Il ne se montrera pas vendredi non plus, personne ne se montrera d’ailleurs, à part quelques citoyens indignés qui cherchent des solutions.
Une femme enceinte, s’approche de la porte et demande si elle peut aller aux toilettes, un instant. Elle n’aura pas accès aux toilettes de la mairie.

Nuit du 28 au 29 Aout, les familles installent un campement de fortune dans le square Jean Moulin face à la mairie. Jean Moulin, celui qui a résisté lors de a la seconde guerre mondiale. Celui qui n’aurait sans doute pas apprécié le traitement inhumain avec lequel le maire de la Courneuve traite les habitant.e.s du Samaritain.

Nous sommes le Samedi 29 Aout et les familles sont à la rue, après sept ans d’organisation dans le bidonville.
Nous sommes le samedi 29 Aout et les familles ont laissés derrière elles, entre les mains de la police et des bulldozers, sept dans de vie et les souvenirs qui vont avec.
Nous sommes le Samedi 29 Aout, et nous avons perdu un peu plus encore de notre Humanité.

©NnoMan / Collectif OEIL

 

Les commentaires sont fermés.