NnoMan Cadoret Photographe

EDITO – FUMIGENE #2

19092015-19092015-_NMN4895

19092015-19092015-_NMN4920

19092015-19092015-_NMN4972

19092015-19092015-_NMN4981

EDITO – FUMIGENE #2

Ils s’appellent Amine Mansouri et Moustafa Diallo. Ils ont tous les deux 14 ans et vivent près de la dalle d’Argenteuil, celle qui a vu Nicolas Sarkozy promettre à une habitante de débarrasser sa cité de “la racaille”.
C’est à la mi-juillet, au creux de l’été, que leur chemin croise celui de la BAC d’Argenteuil, lors de la nuit du destin, qui signe la presque fin du Ramadan.

Comme chaque 14 juillet, la dalle est en ébullition. Pétards, feux d’artifice amateurs contre gaz lacrymogène et flashball… Les forces de police sont sur les dents. 2h30 du matin, les enfants rentrent de la mosquée, s’arrêtent au square, jouent aussi avec quelques pétards. Quand Amine s’écroule. Touché au ventre
par une cartouche de Flashball tirée par un policier. Contusions, fractures, Amine subira trois heures d’intervention à l’hôpital de la ville. À cette heure, trois mois plus tard, il a repris le lycée, en Seconde générale.

En hommage à Zyed Benna et Bouna Traore, Amine et Moustafa prennent la Une de Fumigène. 10 ans après la mort de leurs aînés dans un transformateur EDF à Clichy-sous-bois. L’histoire bégaye.
3 semaines de révoltes urbaines plus tard, combien de promesses ? De plans « Espoir – Banlieue » ? De plans “Marshall” ?

10 ans plus tard, en mai 2015, la relaxe des policiers dans le procès en appel de Zyed et Bouna a été vécu comme une seconde mort dans les quartiers et par les familles… 10 ans plus tard, Amine et Moustafa, d’autres petits frères de Zyed et Bouna font de nouveau face à la violence. Il y a 10 ans, l’état d’urgence avait été rétabli sur le territoire français, fait inédit depuis la guerre d’Algérie. 10 ans après, l’urgence d’agir, elle, gangrène nos quartiers. Octobre 2005 – Octobre 2015. On en finit plus d’attendre.

Lyrics Nora Hamadi – Photo NnoMan

Pour en savoir plus : article du Collectif OEIL

Les commentaires sont fermés.